Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

  • : Le blog de embertine mazet
  • : Laisser parler ses émotions afin de diminuer la souffrance émotionnelle: écrire des poèmes, des textes, écouter de la musique, regarder des photos, communiquer, partager
  • Contact

Bienvenue

psypoemes
DSCN1225
Bienvenue chez moi,

Je poste ici, au fil des jours, mes poésies,

souvenirs, ou états d'âme face à l'actualité...
Pour vous quelques poèmes, quelques photos, un peu de musique...

Merci de votre visite et à bientôt...
 

  

----------------------------------------

"Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur." Horace

-------------------------------------------------- 

 

 5175625381_ae45040c0a.jpg 

"La mélancolie est un crépuscule. La souffrance s'y fond dans une sombre joie. La mélancolie c'est le bonheur d'être triste. " Victor Hugo

--------------------------------------------------------

 

Mes livres :

 

 

www.monpetitediteur.com

Disponible sur :

www.fnac.com

www.amazon.fr

  

 

 

 

 DSCN0867 

"Les Psy-Poèmes"

Edition de la mouette

www.editiondelamouette.com

www.lulu.com 

 

-----------------------------------


"Notre grand tourment dans l'existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu'à fuir cette solitude"    Maupassant

________________________

 

"Ne te détourne pas par lâcheté du désespoir. Traverse le, de l'autre côté du tunnel tu retrouveras la lumière."  André Gide

 

DSCN1077 

--------------------------------------------------------------------------- .

"Chacun a ses propres instants de bonheur :
il s'agit simplement d'en multiplier la conscience et les occasions"
(A Memmi)

____________________________

" L'espoir fait vivre, mais comme sur une corde raide"
Paul Valéry


________________________

" Ce qui est passé a fui
ce que tu espères est absent
mais le présent est à toi"  (proverbe arabe)

_________________________
N0386.jpg


"N'ouvre la bouche que lorsque tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence" (proverbe arabe)

--------------------------------------------

"Rien n'est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables" ( Marc Levy)
 -------------------------------------------¨
"Etre libre, ce n'est pas seulement se libérer de ses chaînes, c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres" Nelson Mandela
--------------------------------------------

DSCN0636
Château de Montbazin

"Les fous ouvrent les portes, les sages les suivent" Henri Dunant ( fondateur de la croix rouge)
--------------------------------------------

villeneuve les béziersLe canal du midi à Villeneuve-les-Béziers


--------------------------------------------
mimosa

mimosa

"Dans tous les cas, la poésie est antérieure à la prose : on dirait que l'homme chante avant de parler" (Jorge luis Borges)

---------------------------------------------

"On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de porter" (E.Kant)
----------------------------------------------
Musique!

-------------------------------------------------------------------------------

" La sagesse c'est d'avoir des rêves suffisament grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit " ( Oscar Wilde)

------------------------------------------------------------------------------

" Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple" ( Jacques Prévert )

-----------------------------------------------------------------------------

 

DSCN0491

 Musique de printemps! 

-------------------------------------------------------------------------------------

" Si tu ne sais pas où vont tes pas, retourne toi et regarde d'où tu viens" ( proverbe africain)

------------------------------------------------------------------------------------

"La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout ; c'est d'être aimé" ( Charles Péguy)

------------------------------------------------------------------------------------

DSCN1044

 

Rose au curry

 

"Il faut rire de tout, c'est extrêmement important. C'est la seule façon de friser la lucidité sans tomber dedans" ( Pierre Desproges)

--------------------------------------------------------------

 

Copyright

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par les droits d'auteur. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes sans mon accord sont interdits ( Article L 122 du code de la propriété intellectuelle )

Recherche

Texte Libre

 

  IMG 1073c400

C'est ici que tout a commencé...

V4P6515 640px

 

 

IMG 1746 640pxbd

Photos J-M Laurent ( http://bergisel.over-blog.com)

 

Les hivers y sont longs, les hommes silencieux,

Dans ces pays où l'on se parle avec les yeux.

Des gestes mesurés, et un rien de lenteur,

Il faut savoir durer quand dure le labeur.

 

Beaucoup s'en sont allés au gré de leur misère,

En vainqueurs, en vaincus, dans des villes lumières.

Les autres sont restés mariés à la terre

D'un infertile lien que nul ne peut défaire.

 

Les journaux, la télé, racontent les histoires

De tous ces exilés dont ils sont la mémoire.

Ils reviennent aujourd'hui, cherchant de grands espaces,

Des ancêtres dont ils avaient perdu la trace.

 

Trouvent dans les hameaux des vieillards esseulés,

Cultivant des jardins aux saveurs oubliées,

Leur regard délavé encore s'émerveille

De voir chaque printemps nature qui s'éveille.

 

Jeux plus

4379272823_d6cfa91e67.jpg  Jeux gratuits

www.jeuxplus.com

 

IMGP0203 

 

 

 

 

 

 

13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:14

  299411358_560641a00a.jpg

 

 

Elle a son joli bonnet gris,

Qui lui tient bien chaud à la tête,

Attend l'arrivée du taxi,

Elle a sa valise, elle est prête.

 

Elle a bien rangé la maison,

Les meubles, et même l'aiguière,

Tout lustré avec un chiffon,

Elle peut refermer la barrière.

 

Elle hume une dernière fois

L'odeur du  rosier centenaire,

Jette un regard vers le sous- bois,

Berceau de son imaginaire.

 

Entend le moteur de la voiture,

Vite, il faut partir satisfaite,

Avant que ne craque l'armure,

Devant la  maison de retraite.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 14:30

DSCN0916

 

Une belle écriture a pour moi ceci de particulier,  qu'elle fait surgir en même temps :

 La musique, musique des mots, bien pensés, choisis,  ordonnés au point de couler de source, d'être une mélodie qui  accompagne le récit dans le courant du livre,

 La peinture, quand se dessinent au fur et à mesure sous nos yeux, les paysages, les détails, les couleurs, que les odeurs et les émotions surgissent ou ressurgissent de la mémoire, ou s'inventent dans l'alchimie des découvertes.

Certains argueront du fait que si l'écriture de Marie-Hélène Lafon me parle , c'est que nous sommes nées dans le même pays, que j'en reconnais d'entrée les contours, les tours et détours...

Peut-être...  Un peu...

 

  C'est Noël avant Noël!

Deux livres de cet auteur sortent en même temps :

"Les Pays" et "Album" ( aux éditions Buchet Chastel)

Album est une sorte d'abécédaire,  de A comme Arbre, à V comme Vache en passant par Couteau ou Nuage...

 

Extrait de C comme" Chemins "

" Les chemins partent.

Ils sont parfois presque oubliés. Ils ont existé, ils ont été là, des bêtes les ont traversés, des enfants les ont suivis, les soirs et les matins, avant et aprés l'école ; et celles qui allaient à la messe, et ceux qui revenaient des foires, et les jeunes après la danse, le coeur pris, la tête perdue. Les chemins sont opiniâtres. Ils parcourent et nervurent, au présent de chaque jour. Ils effleurent des maisons effacées, débusquent les hameaux les plus infimes. Ils ont des secrets, ils sont des secrets...

...J'ai en bouche le goût des chemins, goût de soir mouillé, d'air cuit de soleil, goût de neige, quand elle va venir, quand elle est venue, quand elle est là, qui comble le chemin, le remplit, le déborde. Le chemin ressurgira, au temps doux, restitué, lavé, équarri. Toujours les chemins reviennent à eux, nous reviennent, donnés, ouverts." 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:30
 
Les paroles sont de G.Brassens, mais cette chanson ne fut jamais chantée par lui. Ici par Maxime Le Forestier.
L'éducation nationale fait couler beaucoup d'encre, ce qui  finalement est sa vocation première...
 
"À l'école où nous avons appris l'A B C
La maîtresse avait des méthodes avancées.
Comme il fut doux le temps, bien éphémère, hélas.
Où cette bonne fée régna sur notre classe,
Régna sur notre classe.

Avant elle, nous étions tous des paresseux,
Des lève-nez, des cancres, des crétins crasseux.
En travaillant exclusivement que pour nous,
Les marchands de bonnets d'âne étaient sur les genoux,
Étaient sur les genoux.

La maîtresse avait des méthodes avancées:
Au premier de la classe elle promit un baiser,
Un baiser pour de bon, un baiser libertin,
Un baiser sur la bouche, enfin bref, un patin,
Enfin bref, un patin.

Aux pupitres alors, quelque chose changea,
L'école buissonnière n'eut plus jamais un chat.
Et les pauvres marchands de bonnets d'âne, crac!
Connurent tout à coup la faillite, le krach,
La faillite, le krach.

Lorsque le proviseur, à la fin de l'année,
Nous lut les résultats, il fut bien étonné.
La maîtresse, elle, rougit comme un coquelicot,
Car nous étions tous prix d'excellence ex-aequo,
D'excellence ex-aequo.

À la récréation, la bonne fée se mit
En devoir de tenir ce qu'elle avait promis.
Et comme elle embrassa quarante lauréats,
Jusqu'à une heure indue la séance dura,
La séance dura.

Ce système bien sûr ne fut jamais admis
Par l'imbécile alors recteur d'académie.
De l'école, en dépit de son beau palmarès,
On chassa pour toujours notre chère maîtresse,
Notre chère maîtresse.

La cancre fit alors sa réapparition,
Le fort en thème est redevenu l'exception.
A la fin de l'année suivante, quel fiasco!
Nous étions tous derniers de la classe ex-aequo,
De la classe ex-aequo!

À l'école où nous avons appris l'A B C
La maîtresse avait des méthodes avancées.
Comme il fut doux le temps bien éphémère, hélas!
Où cette bonne fée régna sur notre classe,
Régna sur notre classe."

 
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:28

 

dessin-couverture-2.jpg

Ceux qui me lisent connaissent déjà,

Pour les nouveaux :

 

"J'aime les cartables qui volent,

À la sortie de l'école,

Et les bonnets de travers,

Et les gilets à l'envers...

"Sébastien il m'a tapé"

"Johanna elle m'a "traité",

Ce n'est pas beau de rapporter,

C'est la loi de la récré...

 

Noël, la fête des mères,

Le car, les sorties scolaires,

Les trésors mal ficelés,

Les dessins à afficher,

Les poèmes de Nerval,

Les masques du carnaval,

Le chemin quand il fait beau,

Les cartables sur le dos...

 

Leurs têtes ébouriffées,

Leurs sourires à croquer,

Nos enfants sont si mignons,

Pour de vrai, c'est des champions!

 

C'est la fin des privilèges,

Quand on arrive au collège,

On dépose en catimini,

Nos gamins sur le parvis.

Il y a les trousses qu'on vole,

L'angoisse des jours de colle,

Sébastien mal dans sa peau,

Johanna le trouve'pas beau...

 

Le conseil d'orientation,

La course d'orientation,

La console qui console,

De tout ce qui les désole.

Des heures à rester scotchés,

Devant les séries télé,

On découvre les rappeurs,

Et le nom des footballeurs...

 

Leurs cheveux tout gominés,

Et leurs sourires forcés,

Nos enfants sont si mignons,

En goncés dans leurs blousons!

 

Comme un air de liberté,

Quand on arrive au lycée,

Il y a le bac au bout,

On fait mine qu'on s'en fout ,

On est dans la cour des grands,

On trouve qu'on y perd son temps,

Mais que c'est en le perdant ,

Qu'on fait des pas de géant...

 

Sébastien aime la philo,

Johanna est en bac pro,

La perte des illusions,

La musique comme horizon,

Les amis qui se rapprochent,

Et bientôt le bac en poche,

L'avenir à inventer,

ça c'est leur spécialité...

 

Leurs regards dissimulés,

Leurs sourires agacés,

Nos enfants sont si mignons,

Entassés sur le perron!

 

On met sa vie dans un sac,

Quand on arrive à la fac,

On va apprendre à conduire,

On sait un peu mieux séduire,

Les chambres d'université,

Et les studios délabrés,

Les repas improvisés,

L'assiette près du clavier...

 

On perd une année entière,

À se tromper de filière,

Des heures à chercher des stages,

À faire des rapports de stage,

Mais il faut garder la foi,

Pour les recherches d'emploi,

Sébastien vétérinaire,

Johanna la secrétaire...

 

J'aime les cartables qui volent,

À la sortie de l'école,

Nos enfants sont si mignons,

Pour de vrai, c'est nos champions! "

( extrait des psypoèmes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 00:00

4625588319_8c2714ff02.jpg

Photo : Dane Brian

 

(De l'été je ne dirais rien... pour l'instant,

Rangé dans du papier de soie,

Entouré d'un ruban,

Prêt à servir une deuxième fois.)

-------------------------- 

  C'est la rentrée, pour certains,

Pour d'autres, de récents ou lointains souvenirs... 

Et en imaginant celle de nos prédécesseurs, 

Alors que je m'apprêtais à faire un article sur  un vieux livre de morale de 1895...

Voilà que Vincent Peillon ( mais déjà Luc Chatel...) m'emboîte le pas,

Pour ne pas dire me coupe l'herbe sous les pieds.

(À ce propos, je formule un voeux, 

Si on pouvait éviter d'implanter des salles de shoot à proximité des salles de classes,

Fumer du cannabis serait préjudiciable au QI des adolescents, selon un récent rapport...

Il en est qui peuvent se permettre quelques pétards,

Histoire de nous enfumer, ou de se détendre, ils ont un peu de marge,

Mais pour les autres...)

Revenons à nos moutons,

Ne soyons pas vaches, ce qui serait une qualité, 

 D'ailleurs les ânes non plus ne  sont pas sots, ils savent où le bât blesse... 

 - Ce livre de morale de 1895, 

Voyons ...1895...

Otez moi d'un doute...

Ce n'est pas si vieux !

Mes grand-parents avaient une dizaine d'années, à peine,

Justin, 1883, Èlodie, 1886, Henri, 1888, Marie-Louise, 1891...  

Ils ont appris à lire ( assez bien), à écrire ( très peu), à compter ( beaucoup),

Leurs enfants ont appris à lire ( bien), à écrire ( bien), à compter ( toujours),

Et ainsi de suite...

 

 - 1895, 

Nous étions sous la Troisième République, Félix Faure était élu Président de la République ( celui dont on a retenu qu'il était mort dans les bras de sa maîtresse - pas d'école - déjà le goût du scandale... Et le début de l'affaire Dreyfus... Mais dans leur lointaine campagne, occupés à relever leurs défis quotidien, sans doute n'en avaient-ils qu'un lointain écho...

Bref,

En hommage à mes ancêtres, de" vrais sauvageons, parlant à peine le français", qui firent en d'autres temps leur rentrée scolaire : 

Imaginons les dans leurs classes, face au maître, et leurs première leçons de morale ( et juste avant le catéchisme) :

EXTRAITS  du  "LIVRE DE MORALE DES ECOLES PRIMAIRES , par LOUIS BOYER, Inspecteur de L'Enseignement primaire, Officier de L'Instruction publique, 1895, ( réédité en 2011 , éditions des équateurs.) 

Vous allez rire... 

 

"16eme leçon. - L'école, son but

 

"L'école est le lieu où l'on travaille à faire de nous des hommes instruits et honnêtes.

L'école d'aujourd'hui est mieux construite, plus saine, mieux tenue que celle d'autrefois . Les maîtres en sont plus instruits, la discipline y est plus douce et l'enseignement plus conforme à nos besoins. Il faut donc nous montrer reconnaissants envers la patrie de tous ces progrès en aimant notre école et en ayant l'ambition de lui faire honneur.

 

Nous allons à l'école pour y acquérir l'instruction et l'éducation, ces deux biens si précieux.

L'instruction augmente nos connaissances et nous rend plus facile l'exercice d'une profession. L'éducation forme le caractère et fait de nous des hommes honnêtes.

Par l'instruction et l'éducation, l'enfant laborieux, même sans fortune, peut s'élever aux plus hautes fonctions de l'état.."

 

17eme leçon. - Devoirs de l'écolier envers lui-même

 

"Nos parents s'imposent des sacrifices pour nous envoyer à l'école. C'est donc un devoir pour nous de la fréquenter régulièrement et assidûment, d'écouter le maître, d'y suivre attentivement ses explications et d'accomplir soigneusement toutes les tâches qu'il nous donne.

Travaillons pour être aimés de nos parents et de nos maîtres; travaillons pour acquérir une position honorable dans le monde. " Tant vaut l'écolier, tant vaut l'homme"

 

Soyons assidus et appliqués à l'école, soyons de bons écoliers.

N'oublions pas qu'au sortir de l'école, notre éducation n'est pas terminée. L'école nous donne les premières connaissances; il nous appartiendra de les compléter par de bonnes lectures et de sérieuses conversations avec des personnes de bon conseil."

 

18eme leçon. - Devoirs envers l'instituteur

 

Le maître remplace nos parents, qui n'ont ni le temps ni, le plus souvent, les moyens de nous instruire. Il a droit, par conséquent, à notre amour, à notre respect et à notre reconnaissance.

Nous devons à notre maître, comme à nos parents, qu'il remplace, l'amour, le respect et l'obéissance. Nous lui devons également une reconnaissance durable pour l'instruction et l'éducation qu'il nous donne au prix de tant de peines.

 

"L'instituteur,

(extrait d'un texte de Victor Hugo)

...Vous entrez chez un homme; il fabrique des roues et des timons; vous dites : c'est un homme utile. Vous entrez chez un tisserand ; il fabrique de la toile ; vous dites : c'est un homme précieux. Vous entrez chez un forgeron ; il fabrique des pioches, des marteaux, des socs de charrue ; vous dites : c'est un homme necessaire. Ces hommes, ces bons travailleurs, vous les saluez.. Vous entrez chez un instituteur : saluez plus bas ; savez-vous ce qu'il fait ? il fabrique des esprits."

 

19eme leçon .- Devoirs des écoliers entre eux

 

Elèves de la même école, nous devons nous considérer comme des frères.  Montrons nous bons et bienveillants à l'égard de tous nos camarades. Aidons-les dans la mesure des choses permises, et protégeons les plus faibles et les moins heureux.

La camaraderie est le commencement de l'amitié. Toutefois montrons-nous prudents dans le choix de nos amis et n'oublions pas le proverbe : " Dis-moi qui tu hantes, je te dirais qui tu es"

L'école est une grande famille et une petite société. Les élèves doivent y faire l'apprentissage de la vie sociale. Ils doivent ne se causer aucun tord, se montrer entre eux polis, serviables, s'aimer et s'entr'aider.

Le bon camarade n'est ni querelleur, ni rapporteur, et ne se montre point jaloux des succès de ses condisciples .

Il deviendra plus tard l'ami sincère, l'honnête homme et le bon citoyen."

 

Bonne rentrée à tous!

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 16:27

DSCN0641 

 

 

La chaleur ramolli les corps et les esprits,

Qui se laissent aller aux plaisirs interdits.

Devêtus de la chappe de leurs habits d'hiver,

Ils peuvent enfin goûter au sable et à la mer.

 

Au vent qui les caresse, les membres nus et blancs,

Sous le soleil de plomb, s'offrent au firmament,

Les pensées s'éparpillent et se mettent à l'aise,

S'envolent doucement par delà les falaises.

 

À l'abri des paupières, sous les lunettes sombres,

S'éveillent les fantasmes restés tapis dans l'ombre,

Ils profitent des sens laissés à l'abandon,

Q'ils viennent titiller bien loin des édredons.

 

Le clapotis des vagues qui s'échouent sur les pieds,

Réveille dans les coeurs souvenirs oubliés,

Jouissant des détentes que le repos procure,

Tout le corps s'abandonne aux joies de l'aventure...

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 15:47

2778735061_948410a2be.jpg

 

Il est des expressions savoureuses, dont l'origine nous échappe,

 Qu'on aimerait parfois retrouver dans la bouche de nos ministres,

 Ou économistes,

Au lieu des sempiternels "rigueur" "austérité" et "efforts dans la justice",

 -  Mesdames et messieurs,

En vérité je vous le dis,

  Il va falloir se serrer la ceinture,

Nous aurons du mal à joindre les deux bouts,

Il ne s'agit plus de racler les fonds de tiroir,

De faire des économies de bouts de chandelles,

Nous allons devoir tirer le diable par la queue!

  -  Diable!

Quel diable?

Allons nous vendre notre âme,

Pour renflouer les caisses de l'état...

 

Chez nous,

 On utilisait l'expression à tout bout de champ,

Au temps des vaches maigres,

On en faisait nos choux gras,

Ah! Des sous...

Au diable les  frivolités,

En puisant dans la basse-cour,

On équilibrait les comptes,

à un carambar près.

  Cela permettait de laisser ce pauvre diable tranquille,

Tout en gardant sa queue à portée de main,

On ne sait jamais...

 

à propos de diable et de bon Dieu,

Excusez- moi de passer du coq à l'âne,

Autrefois,

à la télé,

L'été,

Il y avait "des sagas"...

Ciel de Provence, amours contrariés,

 Secrêts de famille bien gardés,

Château, oliviers, et autres coeurs brûlés...

Avec ciel bleu et chants des cigales assurés,

On pouvait, le temps de quelques épisodes, se sentir en vacances,

Même quand on ne partait pas...

Et là, hier soir, que vois-je...

La peste et l'inquisition!

Certes à Avignon,

Subventionné par la région Languedoc Roussilhon,

Mais aprés avoir vu un enfant se crever volontairement un oeil avec un éclat de vitrail pour expier ses fautes...

Quitte à ne pas voir la poutre dans le mien,

Je le confesse,

J'ai zappé ...

 

Qu'allons nous trouver dans les goëles de Ford Boyard? 

 

Allez , je file au diable vauvert,

Y écrire ma propre saga,

Me faire des films...

Et au diable l'avarice!

 

Bon été à tous!

 

Photo : Le Pont du Diable, dans L'Hérault.

Ce pont roman est situé près du très joli village de Saint Guilhem Le Désert.

Selon la légende, lors de sa construction, le diable venait défaire la nuit ce que les hommes avaient construit la journée...

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 16:54

2761532027_dd05deaf29.jpg

Ce week-end, une seconde de plus sera injectée dans nos horloges, ceci pour rattrapper la terre, qui n'est plus toute jeune, et tourne de moins en moins vite, la pauvre!

 

Une seconde de plus,

Dis-moi que peut-on en faire,

Une seconde de plus,

Un petit grain de poussière...

 

Le temps de croiser un regard,

Le temps de fermer les paupières,

De tourner la page d'un polar,

D'jeter un coup d'oeil en arrière...

 

Et je temps de cliquer sur j'aime,

Et le temps de cliquer sur j'aime...

 

Le temps d'essuyer une larme,

De sentir une goutte de pluie,

Le temps de décharger une arme,

Une seconde dans l'infini...

 

Le frisson qui parcours ma peau,

Une épine qui pique mon doigt,

Et une vague à Concarneau,

Et la chute d'un bas de soie...

 

Et le temps de cliquer sur j'aime,

Et le temps de cliquer sur j'aime...

 

Le temps d'esquisser un sourire,

De décrocher le téléphone,

D'entendre ton éclat de rire,

Une seconde comme une aumône...

 

Il est temps de dire je t'aime,

Il est temps de dire je t'aime...

 

"Le temps nous égare, le temps nous étreint,

Le temps nous est gare, le temps nous est train "( Jacques Prévert)

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 15:34

 

4080103202_be4b142e2c.jpg

 

 Robert Sabatier est mort,

Et dans la jungle les chercheurs d'or,

Ont tiré sur des militaires,

Le monde vaque à ses affaires.

 

À peine quelques entrefilets,

Qui demain seront effacés,

Par une Italie en finale,

Ou quelque tweet qui fait scandale.

 

"Les allumettes suédoises",

Et la note en bas de l'ardoise,

Le goût des" noisettes sauvages",

Et l'écho d'un lointain carnage...

 

Les vacances qui se profilent,

Les jours qui entre nos doigts filent,

Comme le rocher qui s'effrite,

De nos vies qui passent, si vite.

 

( "Les allumettes suédoises" et " Les noisettes sauvages", sont deux romans de Robert Sabatier)

Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 16:43
Certains, très connus,
 D'autres un peu moins...
Les uns inspirant les autres,
Ainsi naquirent de jolies chansons...
---------
Aujourd'hui,
Antoine POL, né à DOUAI en 1888, fut ingénieur des Arts et Manufactures, Capitaine d'artillerie pendant la seconde guerre mondiale...
...Et auteur de nombreux poèmes,
Dont le plus célèbre d'entre eux, " Les passantes", mis en musique par Georges Brassens en 1972.
Partager cet article
Repost0