Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

  • : Le blog de embertine mazet
  • : Laisser parler ses émotions afin de diminuer la souffrance émotionnelle: écrire des poèmes, des textes, écouter de la musique, regarder des photos, communiquer, partager
  • Contact

Bienvenue

psypoemes
DSCN1225
Bienvenue chez moi,

Je poste ici, au fil des jours, mes poésies,

souvenirs, ou états d'âme face à l'actualité...
Pour vous quelques poèmes, quelques photos, un peu de musique...

Merci de votre visite et à bientôt...
 

  

----------------------------------------

"Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur." Horace

-------------------------------------------------- 

 

 5175625381_ae45040c0a.jpg 

"La mélancolie est un crépuscule. La souffrance s'y fond dans une sombre joie. La mélancolie c'est le bonheur d'être triste. " Victor Hugo

--------------------------------------------------------

 

Mes livres :

 

 

www.monpetitediteur.com

Disponible sur :

www.fnac.com

www.amazon.fr

  

 

 

 

 DSCN0867 

"Les Psy-Poèmes"

Edition de la mouette

www.editiondelamouette.com

www.lulu.com 

 

-----------------------------------


"Notre grand tourment dans l'existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu'à fuir cette solitude"    Maupassant

________________________

 

"Ne te détourne pas par lâcheté du désespoir. Traverse le, de l'autre côté du tunnel tu retrouveras la lumière."  André Gide

 

DSCN1077 

--------------------------------------------------------------------------- .

"Chacun a ses propres instants de bonheur :
il s'agit simplement d'en multiplier la conscience et les occasions"
(A Memmi)

____________________________

" L'espoir fait vivre, mais comme sur une corde raide"
Paul Valéry


________________________

" Ce qui est passé a fui
ce que tu espères est absent
mais le présent est à toi"  (proverbe arabe)

_________________________
N0386.jpg


"N'ouvre la bouche que lorsque tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence" (proverbe arabe)

--------------------------------------------

"Rien n'est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables" ( Marc Levy)
 -------------------------------------------¨
"Etre libre, ce n'est pas seulement se libérer de ses chaînes, c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres" Nelson Mandela
--------------------------------------------

DSCN0636
Château de Montbazin

"Les fous ouvrent les portes, les sages les suivent" Henri Dunant ( fondateur de la croix rouge)
--------------------------------------------

villeneuve les béziersLe canal du midi à Villeneuve-les-Béziers


--------------------------------------------
mimosa

mimosa

"Dans tous les cas, la poésie est antérieure à la prose : on dirait que l'homme chante avant de parler" (Jorge luis Borges)

---------------------------------------------

"On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de porter" (E.Kant)
----------------------------------------------
Musique!

-------------------------------------------------------------------------------

" La sagesse c'est d'avoir des rêves suffisament grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit " ( Oscar Wilde)

------------------------------------------------------------------------------

" Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple" ( Jacques Prévert )

-----------------------------------------------------------------------------

 

DSCN0491

 Musique de printemps! 

-------------------------------------------------------------------------------------

" Si tu ne sais pas où vont tes pas, retourne toi et regarde d'où tu viens" ( proverbe africain)

------------------------------------------------------------------------------------

"La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout ; c'est d'être aimé" ( Charles Péguy)

------------------------------------------------------------------------------------

DSCN1044

 

Rose au curry

 

"Il faut rire de tout, c'est extrêmement important. C'est la seule façon de friser la lucidité sans tomber dedans" ( Pierre Desproges)

--------------------------------------------------------------

 

Copyright

Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par les droits d'auteur. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes sans mon accord sont interdits ( Article L 122 du code de la propriété intellectuelle )

Recherche

Texte Libre

 

  IMG 1073c400

C'est ici que tout a commencé...

V4P6515 640px

 

 

IMG 1746 640pxbd

Photos J-M Laurent ( http://bergisel.over-blog.com)

 

Les hivers y sont longs, les hommes silencieux,

Dans ces pays où l'on se parle avec les yeux.

Des gestes mesurés, et un rien de lenteur,

Il faut savoir durer quand dure le labeur.

 

Beaucoup s'en sont allés au gré de leur misère,

En vainqueurs, en vaincus, dans des villes lumières.

Les autres sont restés mariés à la terre

D'un infertile lien que nul ne peut défaire.

 

Les journaux, la télé, racontent les histoires

De tous ces exilés dont ils sont la mémoire.

Ils reviennent aujourd'hui, cherchant de grands espaces,

Des ancêtres dont ils avaient perdu la trace.

 

Trouvent dans les hameaux des vieillards esseulés,

Cultivant des jardins aux saveurs oubliées,

Leur regard délavé encore s'émerveille

De voir chaque printemps nature qui s'éveille.

 

Jeux plus

4379272823_d6cfa91e67.jpg  Jeux gratuits

www.jeuxplus.com

 

IMGP0203 

 

 

 

 

 

 

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:20

IMGP0375

Buis, vigne, tomates, salades, romarin.

Baisse des salaires.

Ce n'est pas énorme, la rénumération d'un chef d'état, ( heureusement qu'il y a les "à côté"),

Comparé à celle d'un foute balleur,

D'un artiste moyennement talentueux...

Certes plus élevé que celui de mon voisin,

Un homme normal,

Ou que de moi même,

Une femme ordinaire.

Mais je ne me vois pas,

Discuter avec Obama, du retrait  des soldats d'Afghanistan.

Mon voisin, si.

Qui les verrait plutôt postés aux frontières.

 

..."Elle cherche aussi des champignons. Pour sa consommation et aussi pour en vendre. Parfois je la vois enceinte en train d'avancer. Il faut bien avancer, pas après pas, lorsque rien jamais ne remplace les jambes. Elle est dans tous les coins du jardin. Et je me dis : là, les asperges, mais nous n'en cultivons plus, là, ces mêmes pruniers dont je laisse parfois perdre les fruits..."

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:15

IMGP0378

Châtaignier, rosier couvre-sol.

Et les sénateurs?

Vont leur train...

Les ministres sont priés de le prendre.

Charte de déontologie.

Je mesure l'étendue de ma naÎveté...

Je pensais ces personnes exemplaires, au dessus de tout soupçons, oeuvrant pour le bien de l'humanité, ayant une éthique.

Et toc!

Qui veut me faire signer ça se verra opposer un refus...

Est ce normal que tout le monde soit étonné, septique ou admirateur quand un candidat tient ses promesses?

Dimanche.

Il pleut.

Montpellier gagne la coupe de France de foute ball.

Avec un "petit" budget.

Décidément.

Mais le président du club arbore une belle crête iroquoise orange et bleu,

Promesse tenue.

Président normal.

Dans les tribunes : La maire PS de Montpellier Hélène Mandroux,

à ses côtés ; Manuel Valls.

"Il y a quelque chose en lui de je ne sais qui

Une manière d'affronter la vie"

Certains raillent déjà son imper "columbo" (le flic,   pas colombo façon poulet)

Sa deuxième épouse est premier violon.

Carla , avec sa guitare, parait  démodée tout à coup ...

Comment ? je fais dans le "poeple"?

Mais je vous l'ai dit! Je suis ordinaire. J'ai besoin de repères, un yacht, un jean, un bébé, un col mao...

J'en appelle au ministère de la réussite éducative...

 

..."Quand à la mese du dimanche ...quelle halte merveilleuse que d'être propre, vêtu de ses plus beaux habits, de jouir de l'oisiveté du corps et des doigts, de savoir qu'après on bavardera longuement, sans se presser. Quel havre! N'y aurait-il pas le moindre recueillement, j'irais même jusqu'à dire : pas l'ombre d'une foi, il demeurerait le rare bien-être de ne rien faire, pour une fois légitimé, autorisé, la beauité esthétique du rite, les lumières et la solennité offertes à tous, également..."

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:10

 IMGP0373

 

Je lis :  "Rescapé du camp 14" de Blaine Harden ( Belfont)

Les dirigeants de Corée du Nord sont de doux rêveurs.

Dans les camps, on meurt de faim, de froid, sous la torture, sous les balles, au bout d'une corde, maudit jusqu'à la quatrième génération en tant qu'opposant au régime,

On mange parfois des rats,

("Régime Dukan" comme dit mon fils a l'humour noir." )

Dehors ce n'est guère mieux.

Une petite charte de déontologie ne serait pas du luxe...

On ne parle plus que de valérie ( Trierweiler, pas Fourneyron ministre des sports et de la jeunesse, dont j'ignore tout du mari et des enfants s'ils existent.)

La terre tremble en Italie

C'est le déluge à Nancy. 

 

..."L'angélus, trois fois par jour, les surprend au travail, à l'étable, dans la maison, dans les champs. Se redresser, dans une vie où, lorsque l'on travaille, on est souvent penché, si souvent que la vieillesse surprend courbé, est un mouvement qui procure un bonheur physique... Se joindre à l'appel des cloches qui remplit l'espace et relie aux autres discrètement, sans que le travail en pâtisse est un bonheur... "

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:00

tmp ab59f2977c8fc37353a8030e252a2506

 La robe rose, 1864, Musée d'Orsay

 De Frédéric Bazille : peintre né à Montpellier en 1841, mort au combat en 1870.

 

Mercredi.

Il fait beau.

Rêve de peau nue,

De pêches melba,

De soirées alanguies dans l'étourdissement du chant des cigales et d'un petit vin rosé.

 

Ah!" l'insoutenable légèreté de l'être"

 

" Louise lit quand elle peut. Elle prie. Elle pense. Elle voyage même, va voir sa fille à Montpellier, son fils à Villefranche-de-rouergue, son autre fils à Sète, va à Lourdes. Certes, elle ne court pas le monde, mais il est probable que, dans cette vie de silence qu'elle mène, malgré et peut-être avec sa charge de travaux manuels, elle fait grand profit du moindre déplacement..."

 

Au fil du journal : Extraits du livre de Marie Rouanet " Luxueuse austérité ( éditeur Albin Michel )

"Plus qu'une déclaration, la luxueuse austérité dont parle Marie Rouanet est un murmure, une invitation à la vigilence des sens, au dépouillement de nos émotions. À la rédécouverte de l'essentiel."

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 00:00

Alphonse Daudet, né à Nîmes, le 13 mai 1840, écrivain et auteur dramatique,

" Les lettres de mon moulin", "Le petit chose", "Tartarin de tarascon", sont ses oeuvres les plus connues.

À ses débuts il écrivit des poèmes :

 

En voici un : "Aux petits enfants :

Photo : http://ce-sac-contient.tumblr.comtumblr m3a4pnGHiW1qjamt1o1 r2 1280

Enfants d'un jour, ô nouveau-nés,

Petites bouches, petits nez,

Petites lèvres demi-closes,

Membres tremblants,

Si frais, si blancs,

Si roses !

 

Enfants d'un jour, ô nouveau-nés,

Pour le bonheur que vous donnez,

À vous voir dormir dans vos langes,

Espoir des nids

Soyez bénis,

Chers anges !

 

Pour vos grands yeux effarouchés

Que sous vos draps blancs vous cachez,

Pour vos sourires, vos pleurs même,

Tout ce qu'en vous,

Êtres si doux,

On aime !

 

Pour tout ce que vous gazouillez,

Soyez bénis, baisés, choyés,

Gais rossignols, blanches fauvettes,

Que d'amoureux,

Et que d'heureux,

Vous faites !

 

Lorsque sur vos chauds oreillers,

En souriant vous sommeillez,

Près de vous, tout bas, ô merveille !

Une voix dit :

"Dors, beau petit,

Je veille"

 

C'est la voix de l'ange gardien,

Dormez, dormez, ne craignez rien,

Rêvez, sous ses ailes de neige,

Le beau jaloux,

Vous berce et vous

Protège.

 

Enfants d'un jour, ô nouveau-nés,

Au paradis d'où vous venez,

Un léger fil d'or vous rattache,

À ce fil d'or,

Tient l'âme encor

Sans tâche.

 

Vous êtes à toute maison,

Ce que la fleur est au gazon,

Ce qu'au ciel est l'étoile blanche,

Ce qu'un peu d'eau

Est au roseau

Qui penche.

 

Mais vous avez de plus encor

Ce que n'a pas l'étoile d'or,

Ce qui manque aux fleurs les plus belles,

Malheur à nous!

Vous avez tous

Des ailes.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Georges Braque, peintre français initiateur du cubisme, né à Argenteuil le 13 mai 1882

georges-braque-femme-a-la-guitare 

 

Femme au violon

Partager cet article
Repost0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:20

DSCN0636

 

Il se dresse encore tout en haut du village,

Le château fort construit durant le moyen-âge,

Où les manants courraient, la chose n'était pas rare,

Pour se mettre à l'abri des invasions barbares...

 

Par les hauts murs d'enceinte se sentaient protégés,

Par des soldats armés, et des seigneurs zélés.

Elles sont encore là, vestiges de l'histoire,

Ces pierres assoupies, inscrites en nos mémoires.

 

Un geste de repli derrière une frontière,

La recherche d'un lieu aux grottes familières,

Guette toujours les hommes que la peur envahit,

Se sentant menacés, ou quelquefois trahis.

 

Se dressent devant eux d'impalpables barrières,

Et l'envie d'opérer un retour en arrière.

Dans un monde changeant, aux contours imprécis,

Ils rêvent d'une halte en cocon rétréci,

 

Monsieur le Président, donnez nous des bateaux,

Qui ouvrent dans nos têtes des horizons nouveaux,

Car il nous faut du monde maitriser les langages,

Relever  les défis de ces nouveaux voyages...

Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 17:06
Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 16:21

cid

 

"Le Comte :

 - Te mesurer à moi! Qui t'a rendu si vain,

Toi qu'on ne vit jamais les armes à la main!

 

Don Rodrigue :

- Mes pareils à deux fois ne se font point connaître,

Et pour des coups d'essai veulent des coups de maître.

 

Le Comte :

- Sais tu bien qui je suis?

 

Don Rodrigue :

- Oui, tout autre que moi

Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d'effroi,

Les palmes dont je vois ta tête recouverte

Semblent porter écrit le destin de ma perte.

J'attaque en téméraire un bras toujours vainqueur,

Mais j'aurai trop de force, ayant assez  de coeur,

À qui venge son père il n'est rien d'impossible

Ton bras est invaincu mais non pas invincible."

 

( Extrait du CID, de Corneille , pièce de théâtre en vers, parue à Paris en 1636)

 

...D'où naquit le dilemne cornélien ( on parle volontier de "choix cornélien") : Celui de Rodrigue partagé entre son amour pour Chimène et sa volonté de venger son père offensé par le comte de Gomas ( père de la dite Chimène)...

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 15:11
Il me faut donc choisir...
Je sens venir à moi quelques réminiscences du passé :
Qui tu préfères? maman ou papa?
La question, même quand on ne la pose pas,
Demeure, insidieuse...
Passe encore de choisir entre le fromage et le dessert,
Qui, en soi, ne s'opposent pas,
Entre la belle et la bête (quoi que...),
La modeste et la prétentieuse,
Entre le coeur et la raison,
Le petit brun et le grand blond (quoi que),
Entre la  violence et la douceur,
Le bon et le méchant,
Le jour et la nuit,
L'enfer et le paradis,
 Écrits noir sur blanc,
Où blanc sur noir,
Eros et Thanatos, comme ils disent,
Ne suis point psychologue, ou sociologue, ou astrologue,
( Voyons voir... Balance : "hésitante légendaire", ça ne s'arrange pas! "ascendant gémeaux", un sur chaque plateau, trop, c'est trop!).
Spécialiste de rien,
Voilà ce qui arrive quand on ne sait pas choisir !
Il me faut tout de même faire un choix. 
Le bleu irait bien à mes yeux,
Mais le rose met en valeur mes cheveux,
Il me faut donc choisir,
Hasard ou necessité,
Entre deux petites robes d'été...
Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 15:30

5675311662_c26e593141.jpg

 

M uguet, dans mes musardises de ce mois de mai,

U ne jolie surprise, au bout du sentier.

G uirlandes de clochettes par le vent balayées,

U nissent leur odeur aux souvenirs du passé,

E t ramènent intact au détour d'un visage,

T on sourire oublié, comme un doux présage.

 

M uguet, ce petit pied que tu avais planté,

U n jour du mois de mai, sous l'arbre préféré,

G randissant à l'abri des branches déployées,

U ne année après l'autre, au sol s'est étalé,

E t offre au promeneur, en ces lieux égaré,

T apis de vert, de blanc, que des doigts ont tissé.

 

M uguet, au mois de mai, quand d'autres musardises,

U n jour m'éloigneront ; Il faut que je te dise :

G émissant doucement aux portes de mon coeur,

U ne voix chantera ces années de bonheur,

E t le regret vivace de n'avoir pas pu prendre,

T es pétales offerts, qui venaient me surprendre... 

 

 

 

Partager cet article
Repost0